Une formation en quatre dimensions

Les orientations pour la formation des futurs prêtres ont été données par Jean-Paul II, dans un document intitulé "Je vous donnerai des pasteurs", ou Pastores Dabo Vobis (en 1992) ; et précisées par la Conférence des Evêques de France, dans un document spécifique, la Ratio Studiorum, "La Formation des Futurs Prêtres" (Editions Centurion/Cerf, 1998).

 

- La dimension humaine : Le séminaire est d'abord un lieu de vie communautaire et fraternelle. La vie en communauté favorise à la fois l'autonomie, l'interdependance, la connaissance de soi et l'apprentissage de la vie en groupe. Les séminaristes assurent les diverses services de la maison : accueil, service de table, vaisselle, bibliothèque, communication, jardin, etc.  La pratique du sport permet de trouver un équilibre.

 

- La dimension spirituelle  : Pour chercher et trouver le Christ et approfondir sa relation avec lui, les séminaristes développent une vie de prière à la fois communautaire (liturgie des Heures, Messe quotidienne, Adoration du Saint-Sacrement) et personnelle (Oraison et lectio divina). Chaque séminariste est accompagné par un Père spirituel, choisi en lien avec le supérieur du Séminaire.

 

- La dimension intellectuelle : La formation au séminaire dure en moyenne 6 ans. Les cours de philosophie et de sciences humaines aident à comprendre le monde dans lequel nous vivons. Les cours de Théologie et de Bible permettent d'acquérir l'intelligence de la foi pour que les futurs prêtres puissent en rendre compte à nos contemporains. Chaque enseignement est validé au moyen d'un exposé oral, d'un examen (écrit ou oral), ou encore, au moyen de devoirs à rendre. La formation se termine par la validation du baccalauréat en théologie.

 

- La dimension pastorale : Pour leur formation pastorale, les séminaristes sont envoyés un week-end tous les 15 jours (en moyenne) et durant la moitié des vacances, dans leurs diocèses respectifs. Ils y découvrent à la fois leur diocèse, une nouvelle paroisse, et la vie de leur Eglise diocésaine dans sa diversité. En premier cycle, l'accent est mis sur le service des pauvres (visites aux malades, visites en prison, aumônerie d'hôpital, visite aux personnes âgées) et sur la transmission de la foi (catéchèse, aumônerie, catéchuménat). En 2nd cycle, l'accent est mis sur la découverte de la responsabilité pastorale