Maison Saint-André, nouvelle maison des séminaristes

Lundi 10 septembre, les séminaristes faisaient leur rentrée dans leur nouveau lieu de vie dans le Vieux-Lille, baptisé « Maison Saint-André ».

Ce sont les séminaristes qui nous accueillent, une fois passée la porte cochère, dans la cour intérieure, sous le regard bienveillant de saint André, le premier disciple appelé par Jésus-Christ et sous la protection duquel est placée la communauté. "Le Séminaire est comme une pépinière, un lieu de semences, comme son nom l'indique, où se forment les futurs prêtres de nos diocèses" introduit Mgr Ulrich, avant de bénir le nouveau séminaire, les évêques présents ( Mgr Antoine Hérouard, évêque auxiliaire de Lille, Mgr Coliche, ancien évêque auxiliaire de Lille, Mgr Marc Stenger, évêque de Troyes, Mgr Bruno Feillet, évêque auxiliaire de Reims), les séminaristes et leurs proches, les formateurs du séminaire et représentants de services diocésains.

benediction 2018.09.02 benediction 2018.09.02    benediction 2018.09.01 benediction 2018.09.01  benediction 2018.09.03 benediction 2018.09.03    benediction 2018.09 benediction 2018.09  

Ils sont six séminaristes à s'installer dans cette maison, au 61 rue Princesse, rejoints à certaines occasions par les 12 diacres en vue du presbytérat de nos diocèses et des diocèses de Metz, Strasbourg et de la congrégation des Lazaristes. "La semence, du latin semine, c'est la plus petite de tous dans la Bible, mais elle porte une espérance extraordinaire : elle devient un arbre où s'abritent tous les oiseaux du ciel" partage P. Jean-Luc Garin, supérieur du séminaire, lors de la messe de rentrée en l'église Saint-André. 

benediction 2018.09.04 benediction 2018.09.04    benediction 2018.09.05 benediction 2018.09.05  

Au cours de cette messe, Mgr Ulrich a invité l'assemblée à prier pour eux, mais aussi à se mettre à l'écoute de l'Appel de Dieu "Parle Seigneur ton Seigneur écoute". "Cet appel ne peut être entendu que si toute l'Eglise a le vrai sentiment que chaque baptisé est appelé à recevoir l'Evangile, à le mettre en pratique et à en témoigner et qu'ainsi chaque baptisé prenne conscience qu'il est appelé, que l'Evangile s'adresse à son cœur, qu'il attend une réponse."

20180910_192318 20180910_192318  
Crédit photo: Diocèse de Lille

Et cet appel, nous sommes déjà appelés à le vivre dans l'aujourd'hui de nos vies. N'attendons pas de devenir quelqu’un, devenir prêtre, devenir éducateur, devenir encadrant, devenir époux(se), devenir parent... pour mettre Dieu au cœur de notre vie. Il nous appelle et nous rejoint dans le quotidien de nos vies. C'est cette Bonne Nouvelle qui nous remplit de joie dont nous avons à rayonner !

Marie Schockaert

 

 

Ils témoignent
 

Mgr Marc Stenger, évêque de Troyes

J'aime beaucoup ce nouveau projet qui est marqué par l’espérance : oui le nombre de séminaristes est réduit, mais ce qui est petit n'est pas moins remarquable car les personnes qui habitent cette maison sont marquées par la confiance en notre Seigneur. Au cœur de la ville, ils témoignent d'autant plus qu'aujourd'hui, il y a des gens qui croient et qui espèrent.
20180910_195755 20180910_195755  
Hubert, séminariste du diocèse de Troyes

J'aime l'idée de nouveauté et de changement car un des dangers de notre foi de baptisé, c'est de ne plus être disponible aux dérangements du Christ. Il nous demande de nous laisser déranger constamment et son action survient toujours au moment opportun.

Ce déménagement nous permet de ne pas nous installer dans nos habitudes, mais de nous ouvrir à sa Providence, c'est une grâce qui nous est donnée.

Il y a quelque chose d'absolu dans le chemin que nous prenons dans le don de sa vie à Dieu. La difficulté est de ne pas chercher à la reprendre ! Le mouvement, le changement, le cheminement nous permettent de rester dans ce don et cette dynamique d'accueil de la Providence.

 

Ludovic, séminariste du diocèse de Lille

Je démarre cette nouvelle année avec espérance et joie. C'est une nouvelle aventure qu'il nous est donné de vivre avec nos frères séminaristes, dans une attitude de confiance dans le Christ et dans la prière. Cette année, je serai notamment en mission auprès des étudiants. Nous voulons poursuivre l'opération Thermos à la rencontre des gens de la rue, et le déployer pour que les étudiants deviennent porteurs de la mission.

C'est une proposition dans laquelle les jeunes20180910_201747 20180910_201747   aiment s'investir et aussi avoir l'occasion de rencontrer des séminaristes et découvrir ce qui fait notre vie.

Si certains savent qu'un séminariste est quelqu'un qui a reçu un appel et y répond en se préparant à devenir prêtre, ils ne savent pas forcément qu'il y a un temps d'études et de discernement pour confirmer son appel. Ils découvrent que le séminaire est un lieu de joie, de prière, un lieu où on grandit spirituellement, où l'on développe ses liens d'amitiés avec le Christ, frère et père, mais aussi humainement avec chaque personne que nous rencontrons.

 

Maxence, séminariste du diocèse de Cambrai

20180910_203415 20180910_203415  
C'est une rentrée marquée par le renouvellement et la découverte d'un nouveau lieu de vie, par le changement et l'espérance.

Être séminariste aujourd'hui, c'est pour moi se mettre à l'école du Christ, se laisser enseigner par lui comme il a enseigné ses disciples, avec qui il a vécu trois années. C'est se laisser guider par sa pédagogie pour devenir un disciple missionnaire. C'est-à-dire quelqu'un qui a développé une amitié profonde avec le Christ et qui a à cœur d'annoncer sa Parole pour qu'il soit connu et aimé, quelqu'un qui soit attentif à l'autre.

Je voudrais inviter tous les diocésains à prier pour les séminaristes et les vocations.

 

 

Maxime, séminariste du diocèse de Reims

20180910_202839 20180910_202839  C'est une rentrée dans la joie, avec un lieu de vie qui nous est offert, et aussi dans le questionnement, car c'est nouveau.

Être séminariste, c'est pour moi m'inscrire dans la longue tradition de l'Eglise qui ne cesse d'appeler et en même temps, c'est m'inscrire dans une réalité missionnaire et pastorale d'aujourd'hui marquée par un contexte de déchristianisation. 

J'ai eu la joie de participer deux fois à Anuncio (une mission d'évangélisation directe). J'ai été surpris de rencontrer des personnes qui n'ont jamais entendu parler de la foi chrétienne.

Être séminariste, c'est pour moi être tout à tous, comme l'était Jésus. On n’est pas seulement envoyés pour nos paroissiens, mais pour tous. Il nous faut à la fois être présents pour les fidèles, mais aussi pour ceux qui sont loin de l'Eglise.

 

PRIER POUR LES SEMINARISTES

Prions le Seigneur pour que la Maison Saint-André, actuel séminaire, soit une école de prière, un lieu de vie fraternelle inspiré de l’Evangile et une école de travail intellectuel, pour que les séminaristes qui s’y formeront se préparent à devenir des pasteurs attentifs au peuple de Dieu qui leur sera confié, de véritables missionnaires de l’Evangile.

† Laurent Ulrich, archevêque de Lille