Les séminaristes feront leur rentrée 2018 dans une nouvelle maison

À la rentrée de septembre 2018, les séminaristes qui sont à Lille emménageront dans une maison du diocèse, située dans le Vieux-Lille. Pourquoi ce changement ?

L’évolution de la formation des futurs prêtres

De nouvelles recommandations de Rome invitent à faire évoluer la formation des séminaristes dans une perspective plus missionnaire. Nous avons saisi cette opportunité pour repenser le lieu de vie des séminaristes dans un cadre plus adapté, une maison à taille humaine. Le lien avec chaque diocèse reste quant à lui basé sur le principe de dix jours de formation à Lille et de quatre jours dans le diocèse, ainsi qu’une présence dans le diocèse à chaque période de vacances scolaires.

Un lieu inséré dans une vie de quartier et une proximité avec le monde étudiant

La communauté de séminaristes emménagera à la rentrée de septembre dans une maison du diocèse, dans le Vieux-Lille, un quartier où se vivent déjà de nombreuses initiatives auprès d’étudiants qui viennent des quatre coins de la France (aumôneries étudiantes, Le Comptoir de Cana, Ecclesia Campus…). Cette proximité donnera aux séminaristes l’occasion de rencontrer des jeunes venant de leur propre diocèse, en étude à Lille. Cette nouvelle implantation facilitera aussi la proximité des séminaristes avec certains de ces jeunes qui se posent aussi la question de la vocation.

Pour le 1er cycle, une partie de la formation sera dispensée en commun avec les futurs animateurs en pastorale. Pour le 2nd cycle, la collaboration avec la faculté de théologie de Lille, située boulevard Vauban, sera développée.

Un lieu à taille humaine

Cette maison pourra accueillir une douzaine de séminaristes et un ou deux prêtres, en leur permettant de renforcer leurs liens communautaires autour de l’organisation de la maisonnée et de leur implication dans le quartier. À proximité se trouve le presbytère de l’église Saint-André. Deux autres prêtres y logeront. Quelques cours en interne y seront dispensés. C’est là que se trouvera également le secrétariat du séminaire. C’est dans la chapelle qui se trouve juste à côté, qui vient d’être rénovée, que les séminaristes se rassembleront pour la messe et les offices. Tous ceux qui veulent pourront se joindre à eux. Ce mode de vie correspondra davantage à leur future vie de prêtres en mission dans les paroisses.

Un acte de foi et d’espérance

Avoir un séminaire à Lille pour soutenir l’appel aux vocations sacerdotales est un acte de foi. Prions pour que le « Seigneur envoie les ouvriers nécessaires pour sa moisson » et nous inspire les chemins pour porter aux hommes son message d’amour, en toutes circonstances.

Des initiatives pastorales liées à l’appel aux vocations, comme des groupes d’échange et de réflexion, des accompagnements individuels, des actions d’information et de sensibilisation, ont été mises en place ces dernières années, et d’autres suivront. Nous portons cette espérance qu’elles aideront ces jeunes qui entendent l’appel de Dieu à répondre « oui ».

 

Jean-Luc Garin, supérieur du séminaire

 

Extrait de l’homélie de Mgr Ulrich au cours de la messe chrismale à Lille, le 28 mars 2018

En pensant au Saint-Chrême, je pense aussi aux séminaristes, aux vocations de prêtres, et à leur formation. Dans six mois, la communauté des séminaristes s'installera dans une maison du Vieux-Lille, où leur vie communautaire devrait mieux s'épanouir, et leur contact avec vous se vivre mieux. Ils seront aussi plus proches, dans la formation, d'autres personnes qui se préparent comme eux au service de la mission ; les jeunes et les moins jeunes qui le voudront pourront plus aisément participer à leur prière notamment, dans la chapelle de l'église Saint André. Ceci est une forme d'appel. Nous, les évêques et les formateurs, tous ceux qui sont sensibles à ce renouvellement de l'Église et de ses ministres, mettons beaucoup d'espoir dans le retentissement de cette nouvelle forme de vie au séminaire. 

 

Que devient le 74 ?

Les locaux du 74 rue Hippolyte Lefebvre resteront un lieu de formation où des cours seront dispensés (CIPAC, formation des chrétiens), un lieu de savoir avec une bibliothèque universitaire de théologie, sur deux niveaux avec un accès à un fonds documentaire numérisé depuis le 5 janvier, et les archives du diocèse de Lille. Plusieurs services diocésains y ont également leurs locaux. La maison accueille également un foyer d’étudiants.

Rome et la formation des séminaristes ?

La formation des séminaristes est régie par une règle internationale réexaminée régulièrement à Rome : la ratio fundamentalis (ou normes générales). Cette ratio, réexaminée l’année dernière, est ensuite traduite dans une règle nationale qui adapte ces normes générales aux spécificités du pays. Bien qu’elle n’ait pas encore été écrite en France, nous commençons à les mettre en œuvre dès la rentrée 2018.