Conférence de Patrice de Plunkett : Laudato Si

Patrice de Plunkett est venu mardi 14 mars au séminaire donner une conférence sur l'encyclique Laudato Si.

Patrice de Plunkett a introduit sa conférence en évoquant la situation inhabituelle de la campagne présidentielle actuelle. En effet, on peut s’inquiéter, à six semaines du scrutin, d’entendre des chiffres inédits pour une élection présidentielle dans les sondages qui annoncent 32% d’abstention. A travers le document des évêques de France Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique, on peut esquisser une analyse : la politique en France souffre d’un discrédit qui provient d’une colère causée par le fossé entre les élus et la population mais aussi par les manoeuvres, l’ambition et la démagogie des élus. Cette absence de fondamentaux humains dans la vie politique trouve une réponse dans l’encyclique Laudato Si avec le concept d’écologie intégrale.
 
Le conférencier remarque que l’encyclique a ouvert les chrétiens à des milieux qu’ils avaient peut-être eu tendance à délaisser et, inversement, elle a pu créer une ouverture chez des personnes qui avaient une fausse image de notre foi. Dénonçant les fausses solutions, les petits arrangements avec notre conscience et les demi-mesures, Patrice de Plunkett reprend l’interrogation du pape François sur la croissance et nous invite à penser une croissance d’une autre nature.
 
Le terme de « croissance » est très à la mode, mais il concerne surtout la croissance économique fondée sur le mythe de la croissance illimitée. Cela implique une marchandisation de toutes choses et une suppression de ce qui n’est pas « marchandisable » alors que ces choses sont au fondement de notre humanité.
Mais un chrétien doit comprendre ce terme « croissance » sous un autre sens. C’est d’abord une croissance naturelle comme développement de l’homme tout entier dans les limites de sa condition de créature et c’est aussi une croissance surnaturelle, avec la grâce qui nous sanctifie.
 
Patrice de Plunkett développe ainsi son exposé sur la croissance en montrant que l’Incarnation du Fils de Dieu fait éclore le surnaturel dans la nature et le fait croître jusqu’à la résurrection qui nous réconcilie avec toute la création. En effet, lorsque tout sera récapitulé en Christ, ce ne sera pas la fin du monde, comme on l’entend souvent, mais la fin des temps et nous seront plus solidaires du monde que jamais, nous sommes appelés à vivre, dès maintenant, en rythme avec la création. Il nous faut donc vivre une conversion à l’écologie et convertir l’écologie.

En conclusion, Patrice de Plunkett nous rappelle que le diagnostique du Pape François traduit des indications permanentes de la Révélation divine et que l’action écologique ne dilue pas la foi mais bien au contraire, d’autant plus qu’elle ouvre des boulevards pour l’évangélisation. Enfin, à tous les défaitistes qui pensent qu’on ne pourra rien changer, le conférencier appelle à un sursaut de foi : « Si vous aviez de la foi, gros comme une graine de moutarde, vous auriez dit à l’arbre que voici : “Déracine-toi et va te planter dans la mer”, et il vous aurait obéi. » (Lc 17,6)